COTE D’IVOIRE : Les transferts de fonds des migrants représentent moins de 1% du PIB

Partager Sur

Si les transferts de fonds reçus des migrants constituent une source importante de financement extérieur pour la plupart des pays africains, ce n’est pas le cas de la Côte d’Ivoire. En effet, selon une récente étude de l’OCDE, les transferts de fonds envoyés par les émigrés ivoiriens se sont établis à près de 300 millions de dollars (182,4 milliards FCFA) en 2019, représentant 0,5% du PIB.

Ce ratio entre les transferts de fonds et le PIB ivoirien est passé de près de 1% à 0,5% entre 2005 et 2019/20, après avoir connu une hausse à la fin des années 2000 jusqu’en 2011 où il a atteint 1,6% ; ce ratio a diminué de façon régulière tout au long des années 2010.

Ce faible poids des transferts de fonds des migrants dans le PIB ivoirien est également confirmé lorsqu’il est comparé aux deux autres principales sources de financement extérieur, à savoir, l’aide publique au développement et les investissements directs étrangers. A titre d’illustration, le montant de l’aide publique au développement reçu par la Côte d’Ivoire était de 1,2 milliard de dollars, soit 729,5 milliards FCFA, tandis que les flux nets d’investissements directs étrangers s’élevaient à environ 850 millions de dollars (517 milliards FCFA).

Pis, la Côte d’Ivoire est le pays de l’UEMOA où le poids des transferts de fonds dans l’économie est le plus faible. Ainsi, le poids des transferts de fonds dans le PIB est ressorti à plus de 10% au Sénégal en 2019, à plus de 8% en Guinée-Bissau, à 6% au Togo et Mali, à 2% au Niger et à 1,5% au Bénin, selon les données de l’OCDE.

En outre, la Côte d’Ivoire est le seul pays de l’Union à être émetteur net de transferts de fonds, compte tenu de sa position régionale comme pays d’immigration. Ainsi, en 2019, les transferts émis depuis la Côte d’Ivoire s’élevaient à plus de 900 millions de dollars (547 milliards FCFA), soit 3 fois plus que les transferts reçus par les ménages ivoiriens depuis l’étranger.

Le solde des transferts de fonds de la Côte d’Ivoire s’établissait donc à -580 millions de dollars sur la période, alors que le Sénégal, qui est le pays de l’UEMOA recevant le plus de transferts, avait un solde positif de 2,5 milliards dollars (1 520 milliards FCFA).

Si les transferts de fonds reçus des migrants constituent une source importante de financement extérieur pour la plupart des pays africains, ce n’est pas le cas de la Côte d’Ivoire. En effet, selon une récente étude de l’OCDE, les transferts de fonds envoyés par les émigrés ivoiriens se sont établis à près de 300 millions de dollars (182,4 milliards FCFA) en 2019, représentant 0,5% du PIB.

Ce ratio entre les transferts de fonds et le PIB ivoirien est passé de près de 1% à 0,5% entre 2005 et 2019/20, après avoir connu une hausse à la fin des années 2000 jusqu’en 2011 où il a atteint 1,6% ; ce ratio a diminué de façon régulière tout au long des années 2010.

Ce faible poids des transferts de fonds des migrants dans le PIB ivoirien est également confirmé lorsqu’il est comparé aux deux autres principales sources de financement extérieur, à savoir, l’aide publique au développement et les investissements directs étrangers. A titre d’illustration, le montant de l’aide publique au développement reçu par la Côte d’Ivoire était de 1,2 milliard de dollars, soit 729,5 milliards FCFA, tandis que les flux nets d’investissements directs étrangers s’élevaient à environ 850 millions de dollars (517 milliards FCFA).

Pis, la Côte d’Ivoire est le pays de l’UEMOA où le poids des transferts de fonds dans l’économie est le plus faible. Ainsi, le poids des transferts de fonds dans le PIB est ressorti à plus de 10% au Sénégal en 2019, à plus de 8% en Guinée-Bissau, à 6% au Togo et Mali, à 2% au Niger et à 1,5% au Bénin, selon les données de l’OCDE.

En outre, la Côte d’Ivoire est le seul pays de l’Union à être émetteur net de transferts de fonds, compte tenu de sa position régionale comme pays d’immigration. Ainsi, en 2019, les transferts émis depuis la Côte d’Ivoire s’élevaient à plus de 900 millions de dollars (547 milliards FCFA), soit 3 fois plus que les transferts reçus par les ménages ivoiriens depuis l’étranger.

Le solde des transferts de fonds de la Côte d’Ivoire s’établissait donc à -580 millions de dollars sur la période, alors que le Sénégal, qui est le pays de l’UEMOA recevant le plus de transferts, avait un solde positif de 2,5 milliards dollars (1 520 milliards FCFA).

Source : Sika Finances

ARTICLES CONNEXES
Energie – Gaz domestique : des pistes pour comprendre la pénurie que connait actuellement le Cameroun

Depuis quelques semaines, les consommateurs de gaz domestique font face à la rareté de plusieurs marques (Tradex, SCTM, Total, Afriquia Read more

Telecom – L’opérateur Orange Cameroun réduit de 25% ses tarifs sur certains retraits via Orange Money

La compagnie de téléphonie mobile applique cette nouvelle tarification depuis le lundi 3 octobre 2022, uniquement sur les opérations de Read more

Produits pétroliers : la subvention mensuelle atteint 108 milliards de FCFA au Cameroun en juillet 2022

(Investir au Cameroun) - Afin de maintenir inchangés les prix des produits pétroliers (super, gasoil, pétrole lampant) à la pompe Read more

Nexttel Cameroun: malgré la réconciliation entre vietnamiens et camerounais, le malaise persiste au sein de l’entreprise 

Alors que l’on pensait à un apaisement social à Nexttel Cameroon S.A, après la réconciliation du 11 avril 2022, entre Read more

Nigeria : plus de 2,5 milliards USD dépensés dans la maintenance et la réparation d’avions en 2021

 Au Nigeria, la mise en place d’installations de qualité pour la maintenance, la réparation et la révision d’avions est devenue Read more

Électricité : perturbations annoncées dans 5 régions du Cameroun, du fait de travaux à la centrale de Songloulou (384 MW)

Dans un communiqué rendu public le 15 juin 2022, Eneo, le concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun, annonce que Read more

COTON – Côte d’Ivoire : 10 milliards FCFA pour une usine d’égrenage ultramoderne

Deuxième producteur de coton en Afrique de l'Ouest avec une production de 550 000 tonnes lors de la campagne 2020 Read more

INFRASTRUCTURE : Le Cameroun et le Congo finalisent leur interconnexion par fibre optique

Le Cameroun et la République du Congo sont désormais liés par un réseau d’interconnexion en fibre optique. Léon Juste Ibombo Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *