Mobile money : les revenus de Sonatel en recul face à la concurrence de Wave

Partager Sur

Les conséquences concrètes de la concurrence imposée par Wave sur le mobile money en Afrique de l’Ouest se font sentir. À l’occasion de la présentation de ses résultats du premier semestre 2022, l’opérateur télécoms Sonatel, dirigé par Sékou Dramé, a annoncé que la contribution d’Orange Money au chiffre d’affaires du groupe ouest-africain présent au Sénégal, au Mali, en Guinée, en Guinée-Bissau et en Sierra Leone a reculé de 2,9 % en un an. Avec un chiffre d’affaires de 65,3 milliards (en baisse de 15,5 % sur un an) de francs CFA à fin juin, Orange Money représente désormais 9,1 % des revenus de Sonatel, contre 12 % en 2021.

Révision des prix

Cette décroissance du chiffre d’affaires était à prévoir depuis qu’Orange Money a adapté ses offres dans l’ensemble de ses marchés – excepté en Sierra Leone – pour contrer l’impact de Wave et de ses taux à 1 % sur les transferts d’argent, couplé à la gratuité des dépôts et retraits et aux paiements de factures sans frais. Au Sénégal, la filiale de l’opérateur français, qui compte 3 millions d’utilisateurs actifs de ce service, applique par exemple un taux de 0,8 % sur les transferts et a supprimé les frais de retrait tout en gardant le dépôt d’argent gratuit.

Grâce à cette stratégie, Orange Money chez Sonatel est parvenue à accroître de 9,4 % le nombre de ses clients actifs. Rapportée au revenu par utilisateurs qui a quant à lui fondu de 23 %, cette progression n’a néanmoins pas permis à elle seule de compenser les pertes.

Des pertes compensées par l’internet fixe et mobile

Selon Sonatel, le contrepoids est assumé par les bons résultats enregistrés sur la vente de données mobiles (plus de 210 milliards de FCFA en croissance de 26 %) ainsi que sur l’internet fixe (+33 %) et la vente de capacité en gros (wholesale).

Alors que la guerre des prix imposée par Wave est de plus en plus décriée par les réseaux de distributeurs, notamment en Côte d’Ivoire, Orange Middle East and Africa (OMEA), maison mère de Sonatel, est pour sa part moins inquiète de cette situation. « Nous avons effectivement connu une décélération de la croissance sur le mobile money suite à la guerre des prix, mais notre riposte fonctionne puisque nous constatons une hausse de la valeur des transactions », a affirmé Jérôme Hénique, directeur général d’OMEA, interrogé par Jeune Afrique lors de la présentation des résultats semestriels du groupe Orange, qui s’est tenue fin juillet.

Source: Jeune Afrique

ARTICLES CONNEXES
STARTUPS – Pourquoi Adobe dépense 20 milliards pour racheter un concurrent

À l’heure où le monde de la Tech américain voit les nuages s’amonceler à l’horizon, l’annonce du rachat de la Read more

ÉCONOMIE – Fintech : la dernière levée de Yellow Card confirme l’appétit pour la crypto africaine

Un an après avoir annoncé un tour de financement de série A de 15 millions de dollars en septembre 2021, Read more

Côte d’Ivoire : Bientôt une académie pour promouvoir les compétences numériques

La Côte d'Ivoire va bientôt abriter une académie numérique visant à renforcer et élargir les compétences dans ce domaine, afin Read more

Technologie : les clés de l’essor du paiement électronique

Dans une nouvelle étude, McKinsey évalue la manière dont les innovations récentes accélèrent l’accès aux transactions dématérialisées sur le continent. Read more

Economie TIC : Huawei lance au Cameroun la 7e édition de « Seeds for the Future », dédié au transfert des compétences aux jeunes

La filiale au Cameroun du géant chinois des télécoms et TIC, Huawei, a officiellement lancé le 16 septembre 2022 à Yaoundé, Read more

Afrique Centrale – La plate-forme numérique de transport en commun Yango, relance ses activités au Congo

Une délégation de la plateforme numérique s’est rendue auprès du ministre congolais des PME afin de lever le voile sur Read more

Paiement en ligne : un casse-tête pour les e-commerçants ivoiriens

En Côte d’Ivoire, plus gros PIB d’Afrique francophone, le commerce en ligne séduit de plus en plus de commerçants par Read more

Finance Afrique : les revenus des acteurs du paiement électronique augmenteront de 20% par an d’ici 2025, à 40 milliards $ (McKinsey)

Le marché des paiements électroniques domestiques offre de belles perspectives de croissance en Afrique, où 5 à 7% seulement des Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.