Développer les énergies renouvelables : ces start-up ont la solution

Partager Sur

Lumo

Née en 2012, Lumo est la plateforme pionnière en matière de financement participatif spécialisé dans la transition énergétique. Certifiée B Corp (label qui évalue la performance environnementale, sociétale mais aussi la transparence des entreprises) depuis 2015, Lumo mise sur la rigueur avec laquelle chaque dossier d’installation d’énergie renouvelable est sélectionné (à ce jour, 100% des projets ont été menés à bien). Elle valorise aussi des initiatives locales qui engagent les principaux concernés (riverains, habitants, etc.) à investir dans des projets porteurs de sens et d’attractivité pour leur territoire. De quoi en faire une référence qui a permis, en quelques années, à 15 000 utilisateurs d’investir plus de 10 millions d’euros dans 165 centrales photovoltaïques, éoliennes, hydrauliques ou géothermiques.

In Sun We Trust

Selon le baromètre « Les Français et les énergies renouvelables » (Qualit’EnR / Opinion Way), 75% des citoyens font confiance au photovoltaïque pour assurer la transition énergétique. Mais comment convaincre les plus réticents ? En leur montrant le potentiel solaire de leur toiture ou de leur terrain, donnée à laquelle la technologie d’In Sun We Trust permet d’accéder facilement. En un clic, l’algorithme de la start-up compile les paramètres nécessaires (Météo France, IGN, etc.) pour évaluer le rendement d’une installation photovoltaïque à n’importe quel endroit du territoire. In Sun We Trust aide également à trouver un installateur agréé et fiable pour réaliser ses travaux. Résultat : plus de 80 collectivités ont déjà fait appel à leurs services et 3 500 installations ont été réalisées.

Kemiwatt

Parce qu’elles sont naturellement intermittentes, les énergies renouvelables ne peuvent pas garantir une production en continu. La question du stockage demeure donc essentielle si l’on veut bâtir le réseau autour d’elles. Sur ce point, des solutions plus ou moins convaincantes existent et celle de la start-up Kemiwatt fait partie des plus prometteuses. Basée sur le « redox flow », une technologie ancienne qui consiste à stocker l’énergie dans un liquide conducteur, leurs batteries cumulent les avantages d’être biodégradables, recyclables, durables (plus de 20 000 cycles sont possibles pour atteindre une durée de vie de 20 ans) avec une grosse capacité de stockage, particulièrement utile pour de grosses installations. Le premier prototype est actuellement en phase de test sur un campus de l’Université Rennes 1.

Sylfen

Pour remédier à l’intermittence des énergies renouvelables, la start-up grenobloise Sylfen a une autre solution : créer un « hub » qui évite d’avoir à injecter l’énergie dans le réseau. Cette boucle a été pensée à l’échelle d’un bâtiment et couple une source d’électricité renouvelable (des panneaux photovoltaïques en toiture) avec une batterie et une pile à hydrogène réversible. L’électricité produite par les panneaux est stockée dans la batterie, tandis que le surplus est transformé en hydogène. En cas de défaillance de la batterie, le réservoir d’hydrogène prend le relais pour fournir l’énergie nécessaire à l’alimentation des logements grâce à un procédé d’électrolyse. Ce « smart energy hub » permet ainsi d’optimiser l’utilisation des énergies renouvelables en générant 70 à 100% de l’autonomie énergétique du bâtiment.

Ilek

Depuis quelques années, les offres d’énergie verte fleurissent chez les fournisseurs d’électricité. Certains se sont spécialisés dans le domaine, mais se heurtent à une méfiance des consommateurs vis-à-vis du système des garanties d’origine (G.O.) qui laisse parfois la place au « greenwashing ». Face à ce problème, Ilek joue la carte de la transparence et du « made in France ». La start-up noue des contrats d’achat avec des producteurs locaux d’électricité renouvelable (neuf sites à ce jour) et offre la possibilité à ses abonnés de choisir quel producteur ils financent. Plus qu’un fournisseur d’électricité « verte », Ilek se positionne comme un tiers de confiance dont le métier consiste à mettre en relation un citoyen avec un producteur d’énergie renouvelable. Et, depuis 2019, son offre s’est élargie au gaz.

Source: Leparisien.fr

ARTICLES CONNEXES
Cameroun – Economie. Fermeture de plus de 2 300 entreprises au Cameroun entre 2009 et 2016

Sur 6 458 entreprises ciblées, 2 316 ont fait faillite au Cameroun entre 2009 et 2016. Selon l’étude que vient Read more

CAMEROUN – BUSINESS : Carrefour annonce la 2e phase de son déploiement avec 3 nouvelles enseignes à Yaoundé et Douala en 2023

A l’occasion de l’inauguration du premier hypermarché Carrefour au quartier Warda à Yaoundé, Jean Christophe Brindeau, le directeur général de Read more

ECONOMIE : La Centrafrique lance sa cryptomonnaie « Sango » et le premier crypto-hub africain à « fiscalité nulle »

Malgré les appréhensions exprimées par le FMI, la Banque mondiale et la BEAC, Bangui poursuit son projet de monnaie virtuelle Read more

CAMEROUN : 33 milliards FCFA de la SFI pour l’accès au gaz domestique

La Société financière internationale (SFI), branche du groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, va octroyer 50 millions Read more

SCIENCES : la médaille Fields remise à quatre mathématiciens, dont un Français

La médaille Fields a été attribuée mardi à quatre mathématiciens, dont un Français et une Ukrainienne, la deuxième femme de Read more

CAMEROUN – TRANSPORT: Un an après la reprise de ses activités, le Train Express affiche un chiffre d’affaires de 60 millions de Fcfa

Le 1er juillet 2022 marque la première année de mise en service du Train Express de la Camrail (Cameroon Railway), Read more

CAMEROUN – Bananes : à fin mai 2022, la CDC n’a exporté que 8 443 tonnes, soit presque 3 fois moins qu’à la même période en 2018

Entre janvier et mai 2022, la Cameroon Development Corporation (CDC), 2e employeur du pays après l’administration centrale, a exporté 8 443 tonnes de Read more

Liban: le calvaire des employées de maison africaines

Grand reportage nous emmène au Liban, à la rencontre des kafalas, ces femmes venues d’Asie et d’Afrique, employées de maison. Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.