Quelles pistes pour améliorer le « soin digital » 10 ans après le lancement de la télémédecine ?

Partager Sur

Le secteur des soins à distance a été bouleversé par l’arrivée de la pandémie de Covid-19. Ainsi, entre janvier et juin 2020, le recours à la téléconsultation a été multiplié par plus de trois auprès des patients et par plus de cinq auprès des médecins. Cette transformation profonde pose de nouveaux défis économiques, juridiques et éthiques.

17 sociétés savantes interrogées
L’entreprise de téléconsultation Livi (groupe Kyr) et la Société française de santé digitale (SFS) viennent de publier un livre blanc pour fournir un ensemble de recommandations afin de « favoriser l’accès aux soins avec l’appui de la santé digitale ». Pour tirer ces conclusions, des interviews des membres de 17 « sociétés savantes », telles que la société française de pédiatrie, la société française de lutte contre le SIDA…,  ont été menées entre janvier et septembre 2020.

Premier constat : « la consultation présentielle demeure irremplaçable ». Contrairement à ce que certains avancent, la télémédecine n’a pas pour vocation de réduire à néant les consultations classiques en cabinet ou à l’hôpital. Mais bien que complémentaire, la télémédecine doit être traitée comme un échelon à part entière du soin avec ses pratiques bien spécifiques, telles que l’utilisation d’objets connectés.

Encourager la recherche sur la santé digitale
La téléconsultation permettrait également de rebattre les cartes concernant la relation praticien-patient au profit d’un rapport plus équilibré. « L’expérience patient est davantage prise en considération, la relation est recentrée sur l’humain et non pas sur la technique », juge le livre blanc. Car, au-delà d’une transformation technique, la transition vers « les soins digitaux » exige de repenser l’aspect scientifique voire philosophique de la médecine. Le livre blanc recommande donc de multiplier les efforts de recherche sur « la télémédecine et la santé digitale » en France. Les publications sur ces sujets demeurent rares, estiment les médecins.

Le livre blanc se penche également sur la place des objets connectés pour le recueil d’informations cliniques. Elle est « restreinte du fait de plusieurs limites, technologiques, financières ou logistiques ». En effet, en pratique, ces objets sont rarement disponibles auprès du patient et ne sont liés par aucune norme d’interopérabilité. Ce qui n’est finalement pas plus mal, indique le rapport car lorsqu’ils sont utilisés pour capter une information vitale ils peuvent « flouter les limites nécessaires entre soin présentiel et soin digital ».

Faire sauter les verrous réglementaires
La télémédecine nécessite également de redéfinir « les modalités de collaboration entre soins primaires, secondaires et tertiaires ». En effet, elle n’est plus une pratique d’exception mais de « première ligne ». Ainsi, les médecins interrogés reconnaissent « la pertinence » et le « bien-fondé » de la réalisation de téléconsultations pour des nouveaux patients, « sans aucun préjudice pour la qualité médicale ni pour l’humanité de la relation ».

De plus, la qualité de la prise en charge en télémédecine ne serait absolument pas liée à « la connaissance préalable du patient » ni à « la proximité entre le praticien et le patient ». Une position qui va à l’encontre des prescriptions réglementaires imposées pour recourir à une téléconsultation. Celles-ci exigent que pour qu’un acte soit remboursé, une consultation physique doit avoir eu lieu dans les 12 mois qui précédent. En d’autres termes, le médecin et le patient se connaissent déjà. Pour les personnels de santé interrogés, ces contraintes sont pénalisantes et apparaissent comme « un blocage sans justification ».

Certaines de ces exigences avaient d’ailleurs été assouplies pendant la première vague du Covid-19 pour faciliter l’accès des soins à distance et réduire les risques de contamination dans les salles d’attente. Plébiscitée par certains organismes tels que l’association des Entreprises de Télémédecine (LET), la pérennisation de ces assouplissement sont pas eu lieu. Le directeur général de la Caisse nationale de l’assurance maladie (Cnam), Nicolas Revel, est contre car « nous avons toujours cherché à éviter que la télémédecine soit captée par un petit nombre de médecins qui en feraient leur spécialité ».

Source: usine-digitale.fr
ARTICLES CONNEXES
Bertin Nahum, aux bons soins des robots

En 2012, pour sa première société Medtech, ce Français avait été sacré par la presse canadienne, quatrième entrepreneur high-tech le Read more

Les 10 pays en Afrique où la connexion internet est la plus rapide

Le site spécialisé en études comparatives Cable.co.uk vient de publier son classement 2022 qui compare les offres internet dans 220 Read more

Un programme de formation en ligne dans le marketing numérique

(Agence Ecofin) - La prolifération des nouvelles technologies a donné aux entreprises une nouvelle vitrine pour communiquer. Ces dernières ont Read more

Bénin : les grands projets numériques prévus pour 2023

Positionner le Bénin comme la plateforme numérique de l’Afrique de l’Ouest et faire des technologies de l’information et de la Read more

Yahoo et Taboola signent un partenariat pour les 30 prochaines années

Les deux sociétés croient en l'avenir de la publicité numérique. Yahoo a fait, le 28 novembre, l’acquisition de 25 % des parts Read more

Le secteur de la tech a perdu 7 400 milliards de dollars en un an

Pour la première fois depuis près de vingt ans, le Nasdaq est sur le point de passer derrière le S&P Read more

Expérience client & E-commerce : Améliorer la cybersécurité sans sacrifier les performances

Le développement considérable du e-commerce depuis 2020 confronte le secteur d’activité à de nouveaux enjeux qui placent l’expérience utilisateurs, la Read more

Brancher son ordinateur en permanence ou utiliser la batterie ? Voici la réponse

Une question assez courante concernant l'utilisation d'un ordinateur portable est de savoir comment prolonger l'autonomie de la batterie (ou du Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *