Patrice Yantho : Neo Industry est « économiquement viable (…) c’est un projet qui rend le Cameroun fier »

Partager Sur

Dans une interview au journal Ecomatin, le CEO de JMJ Africa, qui a par ailleurs conduit tout le processus de la conception à la construction de l’usine de transformation de cacao Atlantic Cocoa, dans la zone industrielle du port en eau profonde de Kribi, s’étonne de l’empressement de SCB Cameroun à vouloir démanteler une unité de production fonctionnelle depuis à peine 2 ans, pour défaut de remboursement de ses crédits. « Les entreprises ont des cycles de vie. Durant les deux à trois premières années, baptisée “vallée de la mort”, en raison du fort taux de mortalité des entreprises, la survie est difficile et même critique. Neo Industry vient seulement de dépasser le cap de sa première année. Il est de ce point de vue compréhensible qu’elle rencontre d’énormes problèmes. Et chacun de ces problèmes est une opportunité pour améliorer son équilibre et sa performance », soutient Patrice Yantho.

Aussi, M. Yantho invite-t-il les différentes parties de ce qu’il convient désormais d’appeler « l’affaire Neo Industry » à la table des négociations, afin de sauver ce « fleuron de l’industrie nationale, qui contribue significativement à l’équilibre de la balance commerciale du pays, qui contribue à structurer l’agriculture du Cameroun, qui offre des emplois directs et indirects, et qui, de manière globale, contribue significativement à la promotion du made in Cameroon, et à l’inscription de notre pays dans l’économie mondiale », soutient-il.

Des dizaines de milliards de FCFA en jeu…

 Ceci dans la mesure où, relève le conseil en investissement, « le financement de l’investissement et de l’exploitation sont essentiels pour que le service de la dette soit honoré. L’usine Neo Industry est en phase d’exploitation, il faut que l’exploitation et la gestion honorent le service de la dette. Il faut donc se mettre autour d’une table pour se concentrer sur la production qui reste la source première du remboursement des dettes, et trouver les meilleures options pour l’entreprise et non pour le projet qui, lui, est bel et bien réalisé ».

Pour rappel, il y a quelques semaines, la filiale locale du groupe bancaire marocain Attijariwafa Bank a publié sur son site internet un avis d’appel d’offres pour le recrutement d’un expert en montage des usines, afin de démonter les équipements d’une unité agro-industrielle à Kekem, localité située dans la région de l’Ouest du Cameroun. À la lecture de cette offre de service assez particulière, pour laquelle les soumissions étaient attendues jusqu’au 27 novembre 2020, les observateurs de la scène économique ont vite compris que l’usine concernée est Neo Industry, un transformateur de cacao doté d’une capacité annuelle officielle de 32 000 tonnes, qui avait été financé à hauteur de 13 milliards de FCFA par SCB Cameroun.

Mais, de bonnes sources, au-delà de cet emprunt, le promoteur de Neo Industry serait endetté de plusieurs autres dizaines de milliards de FCFA auprès de la filiale camerounaise d’Attijariwafa Bank, et éprouve d’énormes difficultés à rembourser tous ces crédits pour lesquels la Cobac, le régulateur du secteur bancaire, impose à la SCB de faire des provisions. D’où le recouvrement forcé initié par la banque.

Brice R. Mbodiam  

Source: Investir au Cameroun

ARTICLES CONNEXES
Compagnie Mali : le propriétaire de la mine d’or Morila a un nouveau DG

Depuis son entrée en production en 2000, Morila a livré plus de 7,5 millions d’onces et peut être exploitée jusqu’en Read more

Industrie – L’Ethiopie espère engranger 250 millions $ grâce à l’exportation de produits textiles en 2022/2023

En Afrique, l’industrie textile est l’une des principales branches du secteur manufacturier. Parmi les pays dans lesquels cette activité connaît Read more

Gabon : Perenco investit 50 millions de dollars dans une usine de gaz domestique

Après le rachat des actifs de TotalEnergies sur le terminal pétrolier de Cap Lopez, Perenco veut diversifier ses activités sur Read more

Business et Entreprises – Gaz Pétrole Liquefié : la Csph va investir 5 milliards pour construire un emplisseur dans le Nord-Ouest

Pour ce faire, le directeur de la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (Csph) a lancé un appel d’offres Read more

Business – Tensions sur le ciment au Sénégal: Dangote et Sococim arrêtent leurs productions 

En Côte d’Ivoire, le prix à la tonne homologué  est de 95 000 FCfa contre 70 000 FCfa au Sénégal. Un Read more

OR : L’Afrique du Sud est redevenue en 2021 le premier producteur d’or en Afrique

En Afrique, plusieurs pays tirent chaque année des centaines de millions de dollars de l’exploitation de leurs gisements d’or. Depuis Read more

CAMEROUN – Ciment : après 89 milliards de FCFA d’investissements, Mira SA devrait quadrupler sa production au Cameroun à fin 2022

 le mois de juin 2022, la société Mira SA, qui produit du ciment sous la marque Mira-Co, a mis en Read more

AGRICULTURE – Filière rizicole : la Semry milite pour une politique de quotas sur les importations de riz

La Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua (Semry), bras séculier de l’Etat pour le développement de Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.