Les marchés émergents pourraient prospérer en 2021

Partager Sur

Les investissements mondiaux en 2021 seront largement affectés par les répercussions continues de la COVID-19 ainsi que par les attentes et les réalités des vaccins.

« Avec le lancement des vaccins, le retour à la croissance sera l’histoire de 2021, et une grande partie de cette croissance se répercute déjà sur les marchés », a déclaré Jurrien Timmer, directeur de Global Macro dans la division de l’allocation mondiale des actifs de Fidelity Investments, basée à Boston.

Avec une croissance mondiale qui devrait revenir en territoire positif en 2021 après s’être contractée en 2020, les gestionnaires de fonds internationaux anticipent une poursuite de la rotation naissante du marché boursier vers certaines sociétés cycliques qui ont pris du retard au cours des dernières années du fait de la domination des géants de la technologie. Cela entraînera davantage d’opportunités tant sur le plan géographique qu’en termes de secteurs industriels.

On s’attend également à une certaine rotation des grandes capitalisations vers les petites capitalisations dans ce que Jurrien Timmer a appelé un « élargissement de la bande » qui se produit fréquemment dans les premières phases d’une reprise.

Darren McKiernan, vice-président senior et gestionnaire de portefeuille chez Mackenzie Investments, basé à Toronto, a toutefois noté que « la pandémie est toujours au premier plan, et bien qu’il y ait de la lumière au bout du tunnel, ce n’est pas une ligne droite vers la distribution universelle de vaccins ».

« De nouvelles séries de mesures de relance seront probablement nécessaires », a-t-il précisé.

De nouvelles mesures de relance du gouvernement américain viendront s’ajouter à un fardeau de la dette déjà énorme, et poursuivront donc la pression à la baisse sur le dollar américain qui a commencé en 2020, a analysé Jurrien Timmer. Un dollar plus faible est une bonne nouvelle pour les autres marchés boursiers mondiaux, en particulier les marchés émergents, dont certains voient leur monnaie se renforcer et la croissance de leurs bénéfices s’améliorer.

« Les actions des marchés émergents ont été à la traîne du reste du monde au cours des 11 dernières années », a déclaré Jurrien Timmer, ajoutant que « les marchés émergents se négocient aux valeurs les plus attrayantes par rapport aux États-Unis depuis 20 ans ».

En Asie en particulier, a-t-il précisé, les perspectives de croissance économique sont supérieures : la production économique en Chine et à Taiwan, par exemple, s’est entièrement remise de la COVID-19, mais la production aux États-Unis et en Europe est encore inférieure de 30 % aux niveaux précédents.

Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine se poursuivent, les États-Unis ayant pris des mesures de répression à l’encontre de certaines des principales entreprises technologiques chinoises. De même, le président élu Joe Biden ne devrait pas adopter une ligne plus facile que celle de son prédécesseur.

On observe également des signes de détérioration dans les pays en difficulté.

« Nous avons un poids nul ou minime dans certains pays comme la Turquie, l’Afrique du Sud, l’Arabie Saoudite, la Russie et le Brésil, a déclaré Matthew Strauss, vice-président, gestionnaire de portefeuille chez CI Investments à Toronto. Ces pays ont une dynamique de croissance limitée et sont confrontés à des problèmes complexes en matière de santé, d’économie, de finances et de politique. Nous nous inquiétons de la rapidité avec laquelle des régions comme l’Amérique latine et l’Afrique peuvent se redresser. »

Ian Riach, vice-président senior et gestionnaire de portefeuille, solutions d’investissement, au Franklin Templeton Investments Group, basé à Toronto, augmente l’exposition aux actions des marchés émergents tout en restant neutre au Canada et en surpondérant les États-Unis par rapport à l’indice MSCI All World.

« Le Canada manque d’exposition aux sociétés matures dans certains secteurs de croissance comme la technologie et les soins de santé, explique-t-il. Les États-Unis ont l’une des économies et l’un des marchés boursiers les plus diversifiés. Bien que les valorisations boursières aient augmenté, il y a beaucoup d’entreprises qui répondent aux tendances croissantes telles que le travail à domicile et la distanciation sociale. »

Bien que son intérêt soit éveillé par les sociétés de soins de santé qui se négocient à des prix attrayants en Europe, et par les géants technologiques qui sont mieux cotés en Asie qu’aux États-Unis, il continue d’aimer les perspectives des entreprises américaines qui ont un élan positif dans les secteurs des soins de santé, de la consommation discrétionnaire et de la technologie.

Il a déclaré que certaines entreprises des secteurs cycliques tels que l’énergie et les industries connexes comme l’acier et les chemins de fer pourraient rattraper leur retard au fur et à mesure de la reprise économique. Une bonne nouvelle pour le Canada.

« Conformément à la reprise cyclique que nous attendons, nous avons commencé à rajouter un peu d’argent au Canada », a-t-il déclaré.

Toutefois, comme Jurrien Timmer, Ian Riach estime que la situation des marchés émergents est encore meilleure, particulièrement en Asie.

« Les marchés émergents devraient enregistrer des taux de croissance plus élevés au cours des prochaines années et il est prudent de prendre de l’avance avant que la reprise ne commence à faire les gros titres, a déclaré Ian Riach. Les marchés émergents ne sont pas sans risque, mais ils ont fait de grands progrès au cours des dix dernières années en termes de gouvernance au niveau des gouvernements et des entreprises. Les valorisations sont attrayantes par rapport aux autres marchés et les perspectives de croissance sont plus élevées. »

L’Europe sera affectée par les questions liées au Brexit, et Ian Riach a déclaré que bien que l’Europe puisse bénéficier de la récente entente, il est sous-pondéré à la fois en Europe et au Royaume-Uni.

« Les évaluations en Europe sont attrayantes, mais je suis moins à l’aise avec les perspectives de croissance, a-t-il déclaré. L’Europe a besoin de plus de mesures de relance budgétaire et cela ne viendra pas aussi vite qu’en Amérique du Nord. Avec autant de pays impliqués dans la prise de décision, il est plus difficile pour les décideurs politiques de se coordonner. »

Source: finance-investissement.com

ARTICLES CONNEXES
Cameroun – Economie. Fermeture de plus de 2 300 entreprises au Cameroun entre 2009 et 2016

Sur 6 458 entreprises ciblées, 2 316 ont fait faillite au Cameroun entre 2009 et 2016. Selon l’étude que vient Read more

CAMEROUN – BUSINESS : Carrefour annonce la 2e phase de son déploiement avec 3 nouvelles enseignes à Yaoundé et Douala en 2023

A l’occasion de l’inauguration du premier hypermarché Carrefour au quartier Warda à Yaoundé, Jean Christophe Brindeau, le directeur général de Read more

ECONOMIE : La Centrafrique lance sa cryptomonnaie « Sango » et le premier crypto-hub africain à « fiscalité nulle »

Malgré les appréhensions exprimées par le FMI, la Banque mondiale et la BEAC, Bangui poursuit son projet de monnaie virtuelle Read more

CAMEROUN : 33 milliards FCFA de la SFI pour l’accès au gaz domestique

La Société financière internationale (SFI), branche du groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, va octroyer 50 millions Read more

CAMEROUN – TRANSPORT: Un an après la reprise de ses activités, le Train Express affiche un chiffre d’affaires de 60 millions de Fcfa

Le 1er juillet 2022 marque la première année de mise en service du Train Express de la Camrail (Cameroon Railway), Read more

SCIENCES : la médaille Fields remise à quatre mathématiciens, dont un Français

La médaille Fields a été attribuée mardi à quatre mathématiciens, dont un Français et une Ukrainienne, la deuxième femme de Read more

CAMEROUN – Bananes : à fin mai 2022, la CDC n’a exporté que 8 443 tonnes, soit presque 3 fois moins qu’à la même période en 2018

Entre janvier et mai 2022, la Cameroon Development Corporation (CDC), 2e employeur du pays après l’administration centrale, a exporté 8 443 tonnes de Read more

Liban: le calvaire des employées de maison africaines

Grand reportage nous emmène au Liban, à la rencontre des kafalas, ces femmes venues d’Asie et d’Afrique, employées de maison. Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.