Le prix du baril de pétrole négatif aux Etats-Unis pour la première fois de l’histoire

Partager Sur

Du jamais vu. Les cours du pétrole coté à New York se sont effondrés lundi. Sur les marchés à terme, le brut américain a perdu près de 300% dans la soirée, passant en territoire négatif, à -37,63 dollars. Il s’agit de la plus forte baisse en séance jamais enregistrée par Bloomberg dont les données remontent à 1983. Cette chute est en grande partie due à des facteurs techniques, avec l’expiration des contrats pour livraison en mai ce mardi, mais elle souligne les vents contraires que doit affronter le marché pétrolier..

L’or noir subit de plein fouet l’effondrement de la demande en raison des mesures de confinement pour endiguer la propagation du coronavirus. Selon les premières estimations, la consommation de pétrole dans le monde a chuté de 20 millions de barils par jour (mb/j) et jusqu’à plus de 30 mb/j pour les plus pessimistes. Avant la pandémie, le marché tournait autour des 100 mb/j.

Où stocker ?

A ce choc de demande s’ajoute une quasi- saturation des capacités de stockage . Le monde déborde d’or noir à ne plus savoir quoi en faire. N’importe quel oléoduc ou tanker en mer est utilisé comme réserve de pétrole. Les prix de location des navires ont d’ailleurs flambé passant de 30.000 dollars par jour à plus de 150.000 dollars.

Selon le relevé de l’administration américaine de l’information sur l’énergie, les stocks de brut de la plus grande économie mondiale ont augmenté de 19,25 millions de barils la semaine dernière. Le grand hub à Cushing dans l’Oklahoma est au bord de la saturation. Les réserves s’élèvent à 55 millions de barils alors qu’il n’y a de la place que pour 76 millions de barils.

Les infrastructures de stockage outre-Atlantique sont si pleines que certains producteurs texans vendent leur baril pour 2 dollars, selon les données de Bloomberg. On pourrait même en voir certains payer pour se débarrasser de leur pétrole. « Il n’y a plus de limite à la baisse quand les stocks et les oléoducs sont pleins. Des prix négatifs sont possibles », mettait déjà en garde Pierre Andurand, gérant d’un influent hedge fund sur le pétrole, précisant toutefois sur Twitter qu’un tel phénomène serait éphémère.

Autour des années 2010, lors de l’explosion de la production avec la révolution du schiste, les prix sur le marché physique avaient atteint des niveaux extrêmement bas. Les exportations d’or noir étant interdites, les stocks s’étaient remplis à grande vitesse. Les producteurs vendaient le pétrole à n’importe quel prix pour éviter de fermer leurs puits, une opération coûteuse.

Ecarts de prix

En attendant, « de tels niveaux de prix obligent à des fermetures et entraînent des pertes d’emplois. Les opérateurs tentent de réduire les coûts pour faire face à cet environnement de prix bas », explique Rystad Energy dans une note. Selon le dernier décompte de Baker Hughes, le nombre de puits de forage a chuté de 66 unités la semaine dernière, la plus forte baisse hebdomadaire depuis 2015.

Les tensions sur le stockage aux Etats-Unis expliquent la hausse de l’écart de prix entre le brent, référence européenne, et le WTI. Ce lundi, il a atteint environ 60 dollars, un plus haut historique, au-dessus du record de 2011 à 27 dollars.

Alors que les contrats arrivent à expiration ce mardi, les investisseurs qui les avaient achetés simplement pour les revendre à l’approche de la date butoir se sont retrouvés dans une situation très problématique : ils n’ont pas trouvé d’acheteurs et eux n’ont pas les moyens de recevoir la livraison prévue dans le contrat car ils ne disposent d’aucun lieu de stockage.

Le spread pourrait diminuer aussitôt que la bascule vers les contrats pour juin sera réalisée. Mais certains dans le marché affirmaient lundi soir que des fonds se sont déjà reportés sur les contrats avec livraison en juillet… ce qui pourrait alors peser sur ceux de juin.

 

Une remontée significative des prix à court terme est improbable. Avant la chute des prix en territoire négatif, les analystes de MFUG anticipaient des prix proches de 20 dollars pour le brent et à près de 10 dollars pour le WTI dans les semaines à venir. Des perspectives partagées par Rystad Energy : « Comme toujours, on verra des hauts et des bas, mais la tendance sera sans aucun doute à la baisse. Du moins jusqu’à ce que des nations viennent en aide à l’Opep et à ses partenaires en réalisant des réductions substantielles. »

Un accord portant sur une réduction de production de 10 millions de barils par jour a été trouvé et signé le 12 avril par l’Opep et ses partenaires. Mais celui-ci n’entrera en vigueur que le 1er mai et n’a semble-t-il pas convaincu les marchés, qui considèrent que les réductions promises ne suffiront pas à compenser la chute massive de la demande provoquée par la pandémie.

Par : Étienne Goetz

Source : LesEchos

ARTICLES CONNEXES
Energie – La transition énergétique au cœur de l’Africa Customer Week 2022 de TotalEnergies Marketing Cameroun

« L’ambition de TotalEnergies aujourd’hui est de proposer une énergie propre, durable et abordable ». Tel est l’un des messages phares que le Read more

Energies -Comment et à quel prix l’Afrique passera aux énergies renouvelables d’ici 2050, selon le CCSI

Pour Columbia Center on Sustainable Investment, la décarbonation de l’électricité en Afrique est d’autant plus nécessaire que plusieurs projets d’exploitation Read more

Gaz naturel et domestique : la production devrait augmenter de 42,5% et 82% au Cameroun au 4e trimestre 2022

Au cours du 4e trimestre 2022 courant, la production du gaz naturel liquéfié (GNL) et du gaz de pétrole liquéfié (GPL), communément Read more

Energie – Gaz domestique : des pistes pour comprendre la pénurie que connait actuellement le Cameroun

Depuis quelques semaines, les consommateurs de gaz domestique font face à la rareté de plusieurs marques (Tradex, SCTM, Total, Afriquia Read more

Production – La Libye surclasse le Nigeria et devient le deuxième producteur africain de pétrole brut

Les différents problèmes opérationnels que rencontre le secteur pétrolier nigérian depuis le début de l’année ont gravement affecté sa production. Read more

Energie Cameroun – Barrage de Nachtigal (420 MW) : la dérivation réussie de la Sanaga conforte la promesse d’injecter les 1ers MW en 2023

Le 26 septembre 2022, les travaux de construction du barrage hydroélectrique de Nachtigal, dans la région du Centre du Cameroun, ont Read more

Afrique Centrale – La RDC, l’Angola et le Congo se mettent ensemble pour booster la production d’électricité

L’accord entre les trois pays porte sur la mise en place d’un cadre de coopération, devant aboutir à l’augmentation de Read more

Business – Gaz domestique: la Scdp veut porter à 12 500 m3 la capacité de stockage de son dépôt de Ngaoundéré

Un appel d’offres vient d’être lancé à cet effet par l’organisme pour le recrutement des entreprises devant réaliser les études Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *