Le chef de la délégation de l’Union Européenne au Cameroun dresse, le bilan de la 6e année de mise en application de l’APE au Cameroun.

Partager Sur

Je ne suis pas sûr d’être la personne la mieux placée pour répondre à cette question. C’est plutôt aux opérateurs économique à y répondre. Nous venons de faire réaliser un documentaire sur les premières années des APE pour lequel de nombreux opérateurs, publics et privés, ont été interrogés. Leurs opinions laissent transparaitre une grande satisfaction générale. A ce jour, ainsi que l’a souligné le Directeur Général des douanes, 707 opérateurs, importateurs ou exportateurs ont pu profiter des avantages de l’APE, et ce nombre augmente continuellement.

Au salon PROMOTE, en février dernier, nous avons cependant constaté qu’ils sont encore trop nombreux ceux qui ne connaissent pas, ou connaissent mal, les avantages de cet accord de partenariat économique. C’est pour ça que nous avons fait réaliser le documentaire que vous allez pouvoir regarder dans des chaines de TV locales dans les tous prochains. Nous avons aussi produit une brochure qui explique, dans un style très concret, la substance de l’Accord et les moyens d’y accéder.

Mais nous devons continuer à renforcer la communication, notamment à travers le patronat et les différentes structures faîtières, y compris envers les petites et moyennes entreprises.

Nous constatons par ailleurs que malgré la crise COVID-19 et hors secteur énergétique, trop volatile, le commerce bilatéral entre le Cameroun et l’Union européenne continue à se développer, en volume et en valeur, mais surtout aussi en valeur ajoutée, ce qui signifie que le Cameroun exporte de plus en plus des produits transformés localement vers l’UE, créant ainsi de plus en plus d’emplois décents et durables.

Hors produits pétroliers, l’UE reste de loin le premier partenaire commercial du Cameroun, avec un solde commercial positif en faveur du Cameroun.

L’APE est bien plus qu’un simple accord de libre-échange, mais se veut un partenariat axé sur le développement durable du Cameroun, qui se matérialise à travers divers programmes d’appui à l’intégration économique régionale et au renforcement de la compétitivité et de la résilience du secteur productif du Cameroun.

Certains économistes signalent des pertes énormes – recettes douanières – pour le Cameroun. Que répondez-vous à ceux-là ?

Il faut pouvoir mettre les choses en perspectives. D’abord en valeur absolue, le montant des pertes, qui augmente bien sûr d’année en année avec les avancées dans le démantèlement tarifaire graduel jusqu’en 2029, peut être estimé cette année à +/- 10 à 12 milliards de FCFA, soit moins que 0,25% des recettes de l’Etat.

Mais au-delà de cette donnée brute, il faut prendre en compte les effets indirects du démantèlement tarifaire : la maîtrise des prix à l’importation, et pour ce qui concerne les biens intermédiaires qui entrent dans la production locale, une baisse des coûts de production, une augmentation des marges bénéficiaires et de l’emploi ; et donc de la croissance et des recettes fiscales non-douanières. Une étude sur l’impact fiscal net, prenant en compte ces effets indirects, est en cours.

Par ailleurs, l’UE a déjà fait de multiples propositions pour accompagner l’Etat, d’une part dans la passation d’une fiscalité de porte vers une fiscalité domestique qui crée moins de distorsions de marché, et d’autre part dans l’élargissement de son assiette fiscale, notamment en formalisant une partie du secteur économique informel semi-industriel et à travers l’introduction d’une fiscalité plus incitative et plus verte.

Certains journaux de la place ont aussi allégué que les produits camerounais sont, de plus en plus, refoulés aux portes de l’Europe. Est-ce que c’est exact ? Si oui, pour quelles raisons ?

La rumeur continue en effet à circuler, comme quoi certains produits sont interdits d’importation sur le marché européen, y compris dans votre journal, ce qui est absolument faux.

Il est vrai que dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et pour la protection du consommateur européen, les règles sanitaires et phytosanitaires et les règles de soutenabilité des produits présentés sur le marché européen se durcissent avec le temps, notamment en matière d’utilisation de pesticides, mais il s’agit ici de mesures universelles, qui s’appliquent à tous les producteurs, qu’ils soient européens ou du reste du monde. Ces mesures sont tout à fait indépendantes de l’APE.

Par contre, l’APE se voulant un instrument développemental, il est prévu des mesures d’accompagnement, notamment à travers le COLEACP, pour accompagner les producteurs qui auraient des problèmes à s’adapter aux nouvelles normes et règles. Il n’y a pas de fatalité, et tous les producteurs peuvent y parvenir.

Oui, il arrive en effet de temps à autre, que des petits lots de produits soient refoulés pour non-respect des normes sanitaires ou phytosanitaires, mais cela est plutôt rare et porte sur une infime proportion des produits exportés et ne touche, en aucun cas, des catégories entières de produits. Et lorsque ce type de problèmes sont signalés, des mesures correctives peuvent être rapidement prises.

Bien sûr que le Cameroun peut et sait exporter des mangues, papayes, goyaves, poivrons, aubergines, tomates ou tout autre fruit ou légume sur le marché européen, pour autant qu’il s’agit d’une production compétitive en qualité et prix, comme le Cameroun le fait déjà massivement pour la banane, le café ou le cacao ou ses produits dérivés. Rappelez-vous qu’il y a quelques mois l’UE a même octroyé une appellation géographique d’origine au Poivre de Pendja qui épice les meilleures tables d’Europe !

Source : Ecomatin

ARTICLES CONNEXES
ONU : 77e Assemblée générale : Combien de divisions ?

Après deux sessions perturbées par la Covid-19, le plus grand événement diplomatique annuel retrouve sa formule traditionnelle. L’Assemblée générale de Read more

 ÉCONOMIE – ZES : les entreprises saoudiennes et sud-africaines prêtes à investir en RDC

Très attirées par les opportunités qu’offrent les zones économiques spéciales en République démocratique du Congo, les entreprises saoudiennes et sud-africaines Read more

Hydrocarbures-Gabon : le suisse Trafigura vise l’exportation du gaz

La séance de travail le 22 juillet 2022 entre Hadi Hallouche, PDG de Trafigura et Vincent de Paul Massassa, ministre Read more

Ukraine : la reprise des exportations de céréales saluée unanimement

L'Ukraine a repris lundi ses exportations de céréales pour la première fois depuis le début de l'invasion russe il y Read more

Politique – Visite de Macron à Yaoundé : sécurité alimentaire, reconstruction, démocratie, climat… au menu

 Selon le programme officiel, le président français, Emmanuel Macron, arrivera dans la soirée du 25 juillet 2022 au Cameroun pour la Read more

Audiovisuel – La chaîne russe RT choisit l’Afrique du Sud pour s’établir en Afrique anglophone

Bannie en Europe à cause de la crise ukrainienne, la chaîne Russia Today veut installer des bureaux en Afrique. En Read more

UMOA : Les banques maliennes de retour sur le marché des titres publics

Les banques maliennes sont de retour sur le marché des titres publics ! Après une suspension forcée de six mois Read more

Transports Coopération bilatérale Afrique du Sud-RDC : vers la construction d’une usine de montage de bus

 L’Afrique est actuellement à l’heure du développement de l’industrie automobile. Avec la forte expansion que connait le secteur en Afrique Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.