Cameroun : Gaspard Mpondo lance à Douala la 1ère usine de montage des véhicules, motos et tricycles électriques

Partager Sur

Au Cameroun, l’entreprise, dont le nom « Jengu » renvoie à la sirène ou « l’esprit de l’eau » dans la langue Duala, s’est attachée le partenariat de la société chinoise S-King, qui a beaucoup travaillé sur la corrélation entre la production de l’énergie solaire et la propulsion d’un véhicule électrique.

« C’est ce partenaire chinois qui nous fournit tout le matériel et a conduit la formation de nos équipes au Cameroun, afin que nous puissions assurer toute la partie montage surplace à Douala », explique Paul Jike, coordonnateur de Jengu Sarl.

Depuis mai 2019, la société a déjà monté 12 tricycles et engins à deux roues, exposés dans son showroom de Bonapriso, à Douala. « Nous avons un peu suspendu le montage des engins pour l’instant, en attendant d’avoir les différentes homologations des autorités, afin de pouvoir commercialiser nos produits », confie le coordonnateur de l’entreprise, qui revendique une capacité de production de quatre engins par jour, hormis le temps dédié à la peinture.

Selon Paul Jike, les véhicules actuellement disponibles chez Jengu Sarl sont des échantillons importés. Leur montage à Douala est tributaire non seulement des homologations attendues des pouvoirs publics, mais aussi de l’engouement des clients, qui conditionnera la levée des fonds pour l’acquisition d’une chaîne de montage à installer dans les ateliers de l’entreprise à Douala.

 Sotrabus, le pionnier… 

Surplombés d’une plaque photovoltaïque permettant de capter l’énergie solaire pour charger la batterie, également chargeable au moyen d’une simple prise électrique, les véhicules, motos et tricycles électriques de Jengu Sarl disposent d’une autonomie de fonctionnement sur 90 à 250 km, selon l’engin. Avec un niveau de batterie à zéro, ils sont rechargeables sur une durée comprise entre 6 et 8 heures, soutiennent les responsables de l’entreprise.

Au demeurant, bien qu’étant pionnière dans le montage des deux, trois et probablement quatre roues électriques au Cameroun, Jengu Sarl est cependant la 2e unité de montage de matériels roulants à s’installer dans le pays. En effet, depuis l’année 2015, la Société de transformation de bus (Sotrabus) monte à Douala des bus de transport de 45, 50 et 70 places, très appréciés par certaines compagnies de transport interurbain du pays.

Selon Albert Mbafe Konkou, l’ingénieur polytechnicien camerounais qui contrôle le capital de Sotrabus, les bus produits dans la zone portuaire de Douala sont tropicalisés, puisqu’ils sont adaptés aux routes africaines. Sotrabus ambitionne d’ailleurs de conquérir le continent sur le moyen terme, en commençant par l’Afrique centrale.

 Cameroon Automotive Holding ronge son frein 

Deux autres unités de montage de véhicules et autres engins sont attendues au Cameroun depuis 2015. En effet, depuis le 11 juin 2015 à Yaoundé, le gouvernement a signé avec la société de joint-venture sino-camerounaise Cameroon Automotive Holding, une convention d’investissement en vue de la construction de deux unités de montage de véhicules dans les villes de Douala et de Kribi.

Du 20 au 26 avril 2017, ce consortium a exposé au palais des sports de Yaoundé, 20 véhicules de gammes différentes (des berlines, des camionnettes, des minibus, des véhicules 4×4 et des tracteurs) venus tout droit de la Chine, dans le cadre du China-Cameroon Auto Show. Cette exposition, selon ses organisateurs, avait pour objectif de permettre aux populations et aux autorités camerounaises de découvrir, voire de tester les modèles de véhicules chinois qui seront bientôt montés localement. Trois ans plus tard, Cameroon Automotive Holding continue de ronger son frein.

Ce dernier projet bénéficie de la loi de 2013 (révisée en 2017) portant incitation à l’investissement privé au Cameroun, qui octroie des exonérations fiscalo-douanières aux entreprises sur une période allant de 5 à 10 ans, aussi bien pendant les phases d’installation que de production. Environ 4 620 emplois directs devraient être générés au cours des 15 premières années d’activités des deux unités de montage susmentionnées. Le montant total des investissements est officiellement estimé à 92 milliards de FCFA.

Brice R. Mbodiam

Source: Agence EcoFin

ARTICLES CONNEXES
Cameroun – Economie. Fermeture de plus de 2 300 entreprises au Cameroun entre 2009 et 2016

Sur 6 458 entreprises ciblées, 2 316 ont fait faillite au Cameroun entre 2009 et 2016. Selon l’étude que vient Read more

CAMEROUN – BUSINESS : Carrefour annonce la 2e phase de son déploiement avec 3 nouvelles enseignes à Yaoundé et Douala en 2023

A l’occasion de l’inauguration du premier hypermarché Carrefour au quartier Warda à Yaoundé, Jean Christophe Brindeau, le directeur général de Read more

ECONOMIE : La Centrafrique lance sa cryptomonnaie « Sango » et le premier crypto-hub africain à « fiscalité nulle »

Malgré les appréhensions exprimées par le FMI, la Banque mondiale et la BEAC, Bangui poursuit son projet de monnaie virtuelle Read more

CAMEROUN : 33 milliards FCFA de la SFI pour l’accès au gaz domestique

La Société financière internationale (SFI), branche du groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, va octroyer 50 millions Read more

SCIENCES : la médaille Fields remise à quatre mathématiciens, dont un Français

La médaille Fields a été attribuée mardi à quatre mathématiciens, dont un Français et une Ukrainienne, la deuxième femme de Read more

CAMEROUN – TRANSPORT: Un an après la reprise de ses activités, le Train Express affiche un chiffre d’affaires de 60 millions de Fcfa

Le 1er juillet 2022 marque la première année de mise en service du Train Express de la Camrail (Cameroon Railway), Read more

CAMEROUN – Bananes : à fin mai 2022, la CDC n’a exporté que 8 443 tonnes, soit presque 3 fois moins qu’à la même période en 2018

Entre janvier et mai 2022, la Cameroon Development Corporation (CDC), 2e employeur du pays après l’administration centrale, a exporté 8 443 tonnes de Read more

Liban: le calvaire des employées de maison africaines

Grand reportage nous emmène au Liban, à la rencontre des kafalas, ces femmes venues d’Asie et d’Afrique, employées de maison. Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.