Industrie immobilière : trois tendances de fond accélérées par la crise sanitaire

Partager Sur

Dans ce contexte de mutations et de disruptions, trois grandes tendances de fond semblent se dégager notamment auprès des investisseurs impactant nos visions et nos expériences du logement, du bureau et des usages, de nos futurs lieux de vie.

1 – Le résidentiel devient le refuge

Véritable accélérateur de particules, la crise du Covid-19 a confirmé l’appétit des investisseurs pour le produit résidentiel. De méga-deals en besoins structurellement insatisfaits : le logement est devenu le centre de toutes les attentions.

Sans doute parce que la France, contre toute-attente, souffre encore d’un déficit de logements dans les zones tendues. Sans doute encore parce que le parc locatif privé est encore insuffisant. Sans doute enfin parce que la crise sanitaire a démontré que le résidentiel n’était plus seulement ce lieu de l’intime et que le logement pouvait accueillir des activités autres tel qu’un bureau. A la faveur de l’essor généralisé du télétravail, les logements se sont transformés en véritables lieux de production.

Dans ce contexte chamboulé, la classe d’actif logement retrouve ses lettres de noblesse auprès des investisseurs institutionnels en France et partout dans le monde. Produit acyclique par excellence, le résidentiel traverse les crises et démontre sa capacité à générer des cash-flow sur le long terme. Se loger reste et restera une fonction intangible, non-délocalisable et matérielle.

2 – Le bureau n’est pas mort

Si le résidentiel grignote une place non négligeable dans les stratégies des investisseurs, le bureau n’est pas mort, bien au contraire. Cet actif a encore de beaux jours devant lui. Challengés, disruptés, repensés, les espaces de travail sortiront complètement modifiés de cette crise. Penser en effet que le bureau est un actif qui va disparaître à la faveur de la généralisation du télétravail est une erreur.

Oui, le bureau est appelé, plus rapidement sans doute que prévu, à se réinventer. Hier destiné à abriter des activités productives, il sera demain un marqueur pour l’entreprise qui veut imprimer sa raison d’être, auprès ses collaborateurs pour commencer. Les nouvelles règles de distanciation sociale n’empêcheront pas le bureau de se repenser dans une logique de hub où foisonnent les intelligences collectives.

Le grand gagnant de cette nouvelle épure, ce sont sans aucun doute les espaces communs, ces espaces collaboratifs qui vont devoir être entièrement reconfigurés pour porter d’autres valeurs. Des valeurs de créativité, de performance et de sérendipité. On travaille aujourd’hui de partout : dans un lounge, sur une terrasse, dans une cafétéria ou dans un co-working. L’aménagement de ces nouveaux espaces de travail est une clé de lecture, une inconnue de la nouvelle équation tertiaire dont la crise devrait accoucher.

3 – La mixité des usages devient la règle

Si le phénomène du home@work s’est imposé petit à petit, le sujet du work@home s’invite dans nos logements. Plus que jamais, les acteurs de l’immobilier devront imaginer des lieux de mixité, voire de communautés d’usages.

Ces trajectoires qui s’accélèrent du bureau et du logement reposent sur un socle et plus encore sur une conviction : la nécessaire mixité des usages. Le phénomène n’est pas nouveau mais sa diffusion dans le panorama de l’immobilier contemporain se précise et s’affine. Toutes les classes d’actifs – du bureau au commerce en passant par l’hôtellerie – en font l’expérience. Tous les urbains en font l’exercice. Toutes les villes en font l’usage.

Le fait est acquis. Reste maintenant à accoucher des modèles économiques de ces lieux mixtes, de ces lieux de demain. Des lieux durables et renouvelables. Au-delà des lieux, au-delà des fonctions, il est nécessaire maintenant de repenser la mixité des publics et plus précisément la relation entre le public et le privé.

Et demain ? Nous avons acquis la certitude que l’immobilier post-Covid ne ressemblera pas à l’immobilier pré-Covid. Nous avons également la conviction que pour que cette communauté immobilière fasse sens, il est nécessaire de garder des liens tenus.

Source: Tribune d’Afrique

 

ARTICLES CONNEXES
Cameroun – Economie. Fermeture de plus de 2 300 entreprises au Cameroun entre 2009 et 2016

Sur 6 458 entreprises ciblées, 2 316 ont fait faillite au Cameroun entre 2009 et 2016. Selon l’étude que vient Read more

CAMEROUN – BUSINESS : Carrefour annonce la 2e phase de son déploiement avec 3 nouvelles enseignes à Yaoundé et Douala en 2023

A l’occasion de l’inauguration du premier hypermarché Carrefour au quartier Warda à Yaoundé, Jean Christophe Brindeau, le directeur général de Read more

ECONOMIE : La Centrafrique lance sa cryptomonnaie « Sango » et le premier crypto-hub africain à « fiscalité nulle »

Malgré les appréhensions exprimées par le FMI, la Banque mondiale et la BEAC, Bangui poursuit son projet de monnaie virtuelle Read more

CAMEROUN : 33 milliards FCFA de la SFI pour l’accès au gaz domestique

La Société financière internationale (SFI), branche du groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, va octroyer 50 millions Read more

SCIENCES : la médaille Fields remise à quatre mathématiciens, dont un Français

La médaille Fields a été attribuée mardi à quatre mathématiciens, dont un Français et une Ukrainienne, la deuxième femme de Read more

CAMEROUN – TRANSPORT: Un an après la reprise de ses activités, le Train Express affiche un chiffre d’affaires de 60 millions de Fcfa

Le 1er juillet 2022 marque la première année de mise en service du Train Express de la Camrail (Cameroon Railway), Read more

CAMEROUN – Bananes : à fin mai 2022, la CDC n’a exporté que 8 443 tonnes, soit presque 3 fois moins qu’à la même période en 2018

Entre janvier et mai 2022, la Cameroon Development Corporation (CDC), 2e employeur du pays après l’administration centrale, a exporté 8 443 tonnes de Read more

Liban: le calvaire des employées de maison africaines

Grand reportage nous emmène au Liban, à la rencontre des kafalas, ces femmes venues d’Asie et d’Afrique, employées de maison. Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.