Huawei : l’Allemagne a des preuves que la firme travaille avec les services secrets chinois

Partager Sur

D’après le journal allemand Handelsblatt, le ministère des Affaires étrangères allemand a reçu des preuves de la collusion entre Huawei et le gouvernement chinois. « A la fin 2019, des renseignements nous ont été transmis par les Etats-Unis, selon lesquels Huawei a coopéré de manière avérée avec les autorités de sécurité chinoises » explique le journal, relayant un document officiel. Le rapport évoque des « preuves claires et directes » à l’encontre de Huawei. « Les entreprises chinoises ne peuvent pas être considérées comme suffisamment fiables pour répondre aux normes de sécurité nécessaires à la construction de réseaux 5G » précise le document.

Accusé d’espionnage par les Etats-Unis, Huawei risque d’être exclu du déploiement de la 5G en Europe. Le gouvernement Trump exhorte en effet les pays alliés à bannir l’équipementier de la construction de leurs réseaux 5G. Malgré les pressions américaines, le Royaume-Uni a décidé d’autoriser les opérateurs britanniques à se fournir auprès de Huawei.

En Allemagne, le cas Huawei est encore au coeur des débats. Certains partis politiques réclament l’éviction du groupe. De leur côté, les opérateurs de télécommunications allemands craignent que le rejet des équipements de Huawei ne retarde l’avènement de la 5G de plusieurs années. C’est notamment le cas de Deutsche Telekom. Le télécom estime que l’exclusion complète de Huawei retardera de 2 à 3 ans l’arrivée de la 5G en Europe. La chancelière allemand Angela Merkel aurait demandé aux parlementaires de statuer sur l’avenir de Huawei d’ici le mois de mars.

Huawei dément collaborer avec les services secrets de Chine

Huawei n’a pas tardé à monter au créneau pour démentir les propos du Handelsblatt. « Huawei Technologies n’a jamais fait quoi que ce soit pour compromettre la sécurité des réseaux et données de ses clients, et ne le fera jamais.L’article du Handelsblatt répète des allégations anciennes et infondées sans fournir la moindre preuve concrète » tacle Huawei. Ce n’est pas la première fois que la firme dément avec véhémence les accusations d’espionnage. Ren Zhengfei, le fondateur de Huawei, précise même qu’il préférerait mourrir plutôt que d’espionner les usagers pour le compte de Pékin.

Source : Handelsblatt

ARTICLES CONNEXES
STARTUPS – Pourquoi Adobe dépense 20 milliards pour racheter un concurrent

À l’heure où le monde de la Tech américain voit les nuages s’amonceler à l’horizon, l’annonce du rachat de la Read more

ÉCONOMIE – Fintech : la dernière levée de Yellow Card confirme l’appétit pour la crypto africaine

Un an après avoir annoncé un tour de financement de série A de 15 millions de dollars en septembre 2021, Read more

Côte d’Ivoire : Bientôt une académie pour promouvoir les compétences numériques

La Côte d'Ivoire va bientôt abriter une académie numérique visant à renforcer et élargir les compétences dans ce domaine, afin Read more

Technologie : les clés de l’essor du paiement électronique

Dans une nouvelle étude, McKinsey évalue la manière dont les innovations récentes accélèrent l’accès aux transactions dématérialisées sur le continent. Read more

Economie TIC : Huawei lance au Cameroun la 7e édition de « Seeds for the Future », dédié au transfert des compétences aux jeunes

La filiale au Cameroun du géant chinois des télécoms et TIC, Huawei, a officiellement lancé le 16 septembre 2022 à Yaoundé, Read more

Afrique Centrale – La plate-forme numérique de transport en commun Yango, relance ses activités au Congo

Une délégation de la plateforme numérique s’est rendue auprès du ministre congolais des PME afin de lever le voile sur Read more

Paiement en ligne : un casse-tête pour les e-commerçants ivoiriens

En Côte d’Ivoire, plus gros PIB d’Afrique francophone, le commerce en ligne séduit de plus en plus de commerçants par Read more

Finance Afrique : les revenus des acteurs du paiement électronique augmenteront de 20% par an d’ici 2025, à 40 milliards $ (McKinsey)

Le marché des paiements électroniques domestiques offre de belles perspectives de croissance en Afrique, où 5 à 7% seulement des Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.