Afreximbank lance MANSA, le référentiel de diligence numérique en Afrique

Partager Sur

La plate-forme servira également à relever les principaux défis liés au commerce auxquels le continent est confronté, notamment le manque d’informations sur le marché, le coût élevé des affaires en Afrique et la découverte de contreparties africaines. Le lancement des opérations MANSA a été annoncé lors d’un événement virtuel organisé par Afreximbank sous forme d’une table ronde impliquant le Prof. Benedict Oramah, président d’Afreximbank; Ade Ayeyemi, PDG du groupe Ecobank; Stefan Nalletamby, directeur – Département du développement du secteur financier à la Banque africaine de développement; Dr. Naglaa Nozahie, Conseiller du Gouverneur, Affaires Africaines, Banque centrale d’Égypte et Ing. Mansur Ahmed, président, Association des fabricants du Nigéria.

S’exprimant lors de l’événement, le professeur Benedict Oramah a déclaré: “À l’échelle mondiale, les régulateurs durcissent leur position ainsi que la sévérité de leurs sanctions en cas de non-respect des règles de conformité en matière de diligence raisonnable à la clientèle instituées pour prévenir divers crimes financiers et activités connexes. Cela a considérablement augmenté le coût et la complexité de la satisfaction des exigences de la diligence raisonnable et de Connaître votre client. Nous avons créé MANSA comme solution à l’impact négatif sur l’Afrique, comme la réduction des risques, le retrait des relations de correspondant bancaire et la réduction des financements commerciaux et des flux financiers d’investissement vers l’Afrique. Dans un continent fragmenté de 55 pays qui ont à peine échangé entre eux depuis qu’ils sont devenus des colonies, le MANSA offre une opportunité de commencer à abaisser les frontières et de soutenir la réalisation des objectifs de l’Accord de libre-échange continental africain (ZLECAf). La plate-forme porte le nom de Mansa Musa, l’empereur de l’Empire malien dans les années 1300, qui était responsable de l’ouverture du commerce à travers l’Afrique et qui serait la seule personne à contrôler le flux d’or entre l’Afrique et la Méditerranée. Dans cette phase initiale de mise en œuvre, MANSA est désormais ouvert aux entreprises africaines pour intégrer leurs profils d’entreprise au référentiel. À l’issue d’un processus d’intégration et de validation conforme aux exigences de conformité de la Plateforme, les entités africaines verront leurs profils répertoriés et mis à la disposition des utilisateurs du référentiel”.

Source: Financial Afrik

ARTICLES CONNEXES
Rachel OUATTARA, directeur général de Coris Bourse : ‘’Les perspectives restent bonnes à la BRVM …’’

Avec plus de 20 ans d'expérience dans le secteur financier régional, Rachel OUATTARA a pris depuis le mois de septembre Read more

Nigéria : 20 millions de dollars de Shelter Afrique pour construire 1 000 logements abordables

Shelter Afrique, spécialisée dans le financement de projets immobiliers sur le continent africain, approuve une ligne de crédit de 19,5 Read more

Finances – Fitch rehausse la note souveraine du Congo-Brazzaville à « CCC+ »

L’agence de notation financière Fitch Ratings a, le 16 septembre dernier, rehaussé la note sur la dette à long terme Read more

Finances – Recherche des financements : la RCA tend la main aux investisseurs camerounais

Sevré depuis peu des appuis financiers de l’UE, la Banque mondiale, le FMI et la France, la Centrafrique a choisi Read more

Finance – « L’intégration du e-naira dans le e-commerce nigérian, oui, c’est une révolution »

Selon We Are Tech Africa, la fintech nigériane Flutterwave va intégrer le e-naira dans les options de paiement en e-commerce. Idriss Linge, Read more

FORTUNE : Ce milliardaire indien fait mieux que Jeff Bezos

Ce milliardaire indien fait mieux que Jeff Bezos et devient la deuxième personne la plus riche du monde derrière l'indétrônable Read more

Economie – L’Egypte négocie des prêts « à un coût raisonnable » avec la Chine et le Japon (ministre)

La banque américaine Goldman Sachs estime que l'Egypte devrait mobiliser 15 milliards de dollars d’emprunts extérieurs pour répondre à ses Read more

Economie – Dans un nouvel essai, Kako Nubukpo s’attaque à la « néo-mondialisation » portée par les économistes de Bretton Woods

Comme alternatives, l’économiste togolais propose une révision des accords de libre-échange entre les pays d’Afrique, des Caraïbes et des Pacifiques Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.