L’Afrique risque de se retrouver piégée avec des centrales d’énergie fossile

Partager Sur

La puissance électrique de l’Afrique doublera d’ici 2030, avec une prévision de 269 GW de centrales à venir. Cependant, les énergies fossiles resteront prépondérantes puisqu’elles fourniront plus de la moitié de l’électricité produite. C’est ce qui ressort de l’étude « A machine-learning approach to predicting Africa’s electricity mix based on planned power plants and their chances of success » réalisée par l’université d’Oxford et publiée dans Nature Energy.

L’étude prend en compte plus de 300 projets énergétiques en cours ou prévus dans les 54 pays du continent sur les dix prochaines années. Selon les données collectées, les énergies renouvelables autres que l’hydroélectricité constitueront 17,4 % des capacités installées pour seulement 9,6 % de l’énergie produite. Le solaire connaîtra une progression significative avec 49 GW de centrales prévues, dont près de 40 % en Afrique du Sud.

« Il y a le discours principal selon lequel le continent s’appuiera sur ses vastes ressources en énergies renouvelables et sur la baisse rapide du coût des énergies renouvelables pour sa transition, mais nos analyses montrent que concrètement, rien n’est fait pour », a affirmé Galina Alova, auteure principale de l’étude et chercheur à l’université d’Oxford. Cependant, de manière globale, la part des énergies fossiles dans le mix énergétique continental baissera, passant de 80 % actuellement à 60 % d’ici à 2030.

Pour accroître la part du renouvelable dans le mix énergétique, les pays africains devront intégrer la préoccupation dans leurs politiques et dans leurs stratégies. « Les décideurs et les communautés ont besoin d’agir rapidement si le continent veut éviter d’être piégé dans un secteur énergétique dominé par le fossile au cours des prochaines années », a poursuivi Philipp Trotter, également chercheur à l’université d’Oxford.

Cette menace plane alors que l’ensemble des pays développés se sont engagés dans une politique ambitieuse de transition énergétique. Cette transition vise à lutter contre le changement climatique, mais également à éviter les taxes et impôts qui grèvent progressivement les activités les plus polluantes.

En continuant d’investir massivement dans le fossile, les pays africains risquent de gaspiller leurs rares ressources dans l’acquisition de « stranded assets », c’est-à-dire des centrales inexploitables à moyen terme pour des raisons économiques ou techniques.

Source: agenceecofin.com

ARTICLES CONNEXES
Cameroun – Economie. Fermeture de plus de 2 300 entreprises au Cameroun entre 2009 et 2016

Sur 6 458 entreprises ciblées, 2 316 ont fait faillite au Cameroun entre 2009 et 2016. Selon l’étude que vient Read more

CAMEROUN – BUSINESS : Carrefour annonce la 2e phase de son déploiement avec 3 nouvelles enseignes à Yaoundé et Douala en 2023

A l’occasion de l’inauguration du premier hypermarché Carrefour au quartier Warda à Yaoundé, Jean Christophe Brindeau, le directeur général de Read more

ECONOMIE : La Centrafrique lance sa cryptomonnaie « Sango » et le premier crypto-hub africain à « fiscalité nulle »

Malgré les appréhensions exprimées par le FMI, la Banque mondiale et la BEAC, Bangui poursuit son projet de monnaie virtuelle Read more

CAMEROUN : 33 milliards FCFA de la SFI pour l’accès au gaz domestique

La Société financière internationale (SFI), branche du groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, va octroyer 50 millions Read more

SCIENCES : la médaille Fields remise à quatre mathématiciens, dont un Français

La médaille Fields a été attribuée mardi à quatre mathématiciens, dont un Français et une Ukrainienne, la deuxième femme de Read more

CAMEROUN – TRANSPORT: Un an après la reprise de ses activités, le Train Express affiche un chiffre d’affaires de 60 millions de Fcfa

Le 1er juillet 2022 marque la première année de mise en service du Train Express de la Camrail (Cameroon Railway), Read more

CAMEROUN – Bananes : à fin mai 2022, la CDC n’a exporté que 8 443 tonnes, soit presque 3 fois moins qu’à la même période en 2018

Entre janvier et mai 2022, la Cameroon Development Corporation (CDC), 2e employeur du pays après l’administration centrale, a exporté 8 443 tonnes de Read more

Liban: le calvaire des employées de maison africaines

Grand reportage nous emmène au Liban, à la rencontre des kafalas, ces femmes venues d’Asie et d’Afrique, employées de maison. Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.