Cameroun – Télécommunications: L’ART devient «un établissement public à caractère spécial doté de la personnalité juridique et de l’autonomie financière»

Partager Sur

Le Président de la république, Paul Biya, a signé un décret le 3 décembre 2020. Celui-ci porte réorganisation et fonctionnement de l’Agence de Régulation des Télécommunications (ART). D’après le quotidien national bilingue Cameroon Tribune en kiosque ce 8 décembre 2020, ce décret présidentiel renforce les pouvoirs du régulateur «dans un contexte marqué par une multiplicité d’opérateurs de divers services, pas toujours faciles à gérer (téléphonie mobile, fournisseurs d’accès Internet, radiodiffusion sonore, etc.)».

En effet, «l’article 2 du décret fait de l’ART un établissement public à caractère spécial doté de la personnalité juridique et de l’autonomie financière», rapporte le journal bilingue.

Ce qui fait dire au directeur général, Philémon Zo’o Zame, que: «c’est de ce caractère spécial que découle tout le reste», lit-on. Il poursuit en disant que: «l’agence est désormais gérée suivant les règles de la comptabilité privée conformément aux dispositions de l’Acte uniforme OHADA relatif au droit des sociétés commerciales et du groupement d’intérêt économique», peut-on lire.

Ainsi, l’article 3 du décret du 3 décembre précise que: «bien que restant sous la tutelle financière du ministère des Finances, l’ART ne travaillera plus avec un contrôleur financier ou un agent comptable, mais avec un commissaire aux comptes», note le reporter.

Enfin, l’article 6 du décret présidentiel précise que: «pour l’accomplissement de ses missions, l’agence dispose des pouvoirs de régulation, de contrôle, d’investigation, de coercition et de sanction».

Ce qui fait dire à notre confrère, que le gendarme de la télécommunication au Cameroun peut «prononcer le retrait du titre d’exploitation à l’encontre de tout titulaire d’une autorisation qui ne se conforme pas à la mise en demeure qui lui a été adressée. L’agence peut également prononcer des sanctions à l’encontre des opérateurs et exploitants contrevenants. Lesquelles sanctions sont désormais exécutoires».

Wilfried ONDOA

Source: CIN

ARTICLES CONNEXES
STARTUPS – Pourquoi Adobe dépense 20 milliards pour racheter un concurrent

À l’heure où le monde de la Tech américain voit les nuages s’amonceler à l’horizon, l’annonce du rachat de la Read more

ÉCONOMIE – Fintech : la dernière levée de Yellow Card confirme l’appétit pour la crypto africaine

Un an après avoir annoncé un tour de financement de série A de 15 millions de dollars en septembre 2021, Read more

Côte d’Ivoire : Bientôt une académie pour promouvoir les compétences numériques

La Côte d'Ivoire va bientôt abriter une académie numérique visant à renforcer et élargir les compétences dans ce domaine, afin Read more

Technologie : les clés de l’essor du paiement électronique

Dans une nouvelle étude, McKinsey évalue la manière dont les innovations récentes accélèrent l’accès aux transactions dématérialisées sur le continent. Read more

Economie TIC : Huawei lance au Cameroun la 7e édition de « Seeds for the Future », dédié au transfert des compétences aux jeunes

La filiale au Cameroun du géant chinois des télécoms et TIC, Huawei, a officiellement lancé le 16 septembre 2022 à Yaoundé, Read more

Afrique Centrale – La plate-forme numérique de transport en commun Yango, relance ses activités au Congo

Une délégation de la plateforme numérique s’est rendue auprès du ministre congolais des PME afin de lever le voile sur Read more

Paiement en ligne : un casse-tête pour les e-commerçants ivoiriens

En Côte d’Ivoire, plus gros PIB d’Afrique francophone, le commerce en ligne séduit de plus en plus de commerçants par Read more

Finance Afrique : les revenus des acteurs du paiement électronique augmenteront de 20% par an d’ici 2025, à 40 milliards $ (McKinsey)

Le marché des paiements électroniques domestiques offre de belles perspectives de croissance en Afrique, où 5 à 7% seulement des Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.